« Urban-Culture Magazine : Les doigts dans la street »


Circle Kingz 2011, The Revolution

La publication de l'article recap' du Braun Battle Of The Year nous a donné envie de vous parler d'un autre rendez-vous international de Bboying, auquel nous avons pu assister il y a peu de temps... Un autre évènement qui secoue chaque année la petite communauté danse Hip-hop.

Encore un, oui, mais tout à fait différent du Battle Of The Year. J'irai même jusqu'à dire, diamétralement opposé.

Le premier week-end du mois de novembre avait lieu à Lausanne le dernier Circle Kingz, a.k.a 'The Revolution'...

Le dernier ?

Oui, c'est ainsi qu'en a décidé Amjad, l'instigateur de l'évènement ainsi que son crew, les Seven Dollarz.

Créé il y a déjà 7 ans, cet évènement était devenu un rendez-vous pour la crème des B-boys du monde entier.

Le Circle Kingz, c'est (C'était ? Sniff) un évènement hyper-underground et communautaire (Hein quoi ? Sectaire ? Noooon...).

La force du Circle Kingz, c'est qu'il transgressait les codes des battles aujourd'hui organisés, marketés et ultra-médiatisés. Ici, le style, l'attitude, la finesse, le flow du danseur primait sur la performance physique, les acrobaties et contorsions, les mouvement dits "crowd pleasers", comprenez : "qui font plaisir (crier) à la foule".

Ici, pas d'installations son et lumière dignes d'un concert de Johnny au stade de France; juste une grande salle, un DJ et des danseurs. Pas de banderoles, pas de marques, ni de sponsors. Pas même de scène d'ailleurs, les b-boys évoluant dans des cercles sur le même sol que le public; tout le monde au même niveau en somme. À ma connaissance, pas de prize money pour les vainqueurs ni même de lots quelconques, mais seulement le prestige du titre de Circle King, soit de "roi du cercle".

Circle Kingz 2011Circle Kingz 2011

Pour cet évènement, pas de communication criarde, de relations publiques, ni de dispositif marketing. Pourtant, des B-boys de toute la planète s'y ruaient, comme par crainte de manquer LA jam de l'année.

Le Circle Kingz représentait pour les puristes un bain d'authenticité, une bouffée de simplicité, une bonne grosse dose de fraîcheur... Un truc "real". "À l'ancienne" diront les plus nostalgiques.

Mais alors, si le succès était au rendez-vous de cet évènement, si l'engouement était effectivement celui décrit ici... Pourquoi décider d'y mettre un terme ?

"Only the good die young" répondra Amjad. Il explique qu'il souhaitait que l'évènement Circle Kingz entre dans la légende, et que c'est pour cette raison qu'il a décidé de le tuer, tôt.

"Kurt Cobain wouldn't be the legend he is, if he was still alive...", voici l'explication marmonnée au micro lors de l'évènement. Mouais...

Ne doit-on pas voir là une crainte de voir son Circle Kingz lui "filer entre les doigts" ?

De voir débarquer quelconque marque intéressée ? Lui qui prône l'authentisme, le kiff, le "back to basics" de la culture Hip-Hop.

Le "brand content", c'est "in"; les marketeurs le savent... Conférer un univers, une dimension culturelle à une marque, ça marche. Cela fait vendre, du coup certains annonceurs se rapprochent de la musique, d'autres des cultures urbaines...

Le jeune urbain est une cible marketing de premier choix !

Bref, le point ici n'est pas de juger Amjad et les Seven Dollarz sur leur décision de tuer le bébé. Bien au contraire, nous continuerons de les respecter pour le taff mené pendant tant d'années à faire vivre la bonne vibe pas trop loin de chez nous.

Il s'agit juste d'amener le débat, autour de la question récurrente : celle de l'underground vs le "commercial", de l'élitiste vs le mainstream.

Celle de l'argent dans des disciplines que nous vivons par passion.

Celle des marques qui viennent s'immiscer dans notre kiff.

Celle de la motivation pécunière plutôt que du coeur et des tripes...

Peace, Love, Unity and Having fun.

Ce motto est celui de la culture Hip-Hop, pour les quelques incultes qui nous liront !

Circle Kingz vs Braun Battle Of The Year
L'esprit authentique de la jam vs l'évènement médiatique.

De quel côté se trouve l'avenir de la danse Hip-Hop ?

De la rue à MTV, il n'y a qu'un pas.

À nous de savoir s'il faut le franchir...

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top