« Urban-Culture Magazine : À chiper, à choper ! »


Monkey Theorem - Nouvel Album "Instinct Primate" sortie le 29 avril 2011

Le 29 avril prochain marque la sortie de l'album « Instinct primate » du groupe de rap « Monkey Theorem ». Originaires de Grenoble, ils évoluent depuis cinq ans, sans jamais cesser d'explorer les multiples facettes musicales qu'offre la création rap. Actif et participatif, ils ont déjà réalisé trois mixtapes, dont une enregistrée entre le Mexique et la France. Avec ce nouvel album ils quittent les faces B pour offrir enfin un album original de A à Z. Entretien avec "une machine à écrire et un chimpanzé".

Avec « Instinct primate » peut-on dire que vous entrez « enfin » dans le cercle des artistes professionnels ?

Kasper : Oui est non ! On propose pour la première fois une production vraiment “carrée”, dans un environnement quasi-professionnel. Un véritable objet musical avec son univers propre, de la musique jusqu'au graphisme, les clips vidéo.... Sans face B, une création 100% originale, un album mixé et masterisé... Le fruit d'une année et demie de travail. Mais l'objectif n'est pas encore de devenir intermitent. La musique est avant tout une passion.

Ekors :
C'est un bien grand mot « professionnel », on a voulu livrer un produit sérieux et exigent ; mais on reste quand même en-dehors des « circuits professionnels ».

Comment avez-vous fait le choix de travailler avec les beatmakers que l'on entend sur l'album ?

Ekors : Les affinités musicales, les rencontres, les connections, les potos…!

Kasper
: Ouep ! on a marché avec le coeur, c'est ça ! Mais le but est d'avancer, et pour cela partager, s'ouvrir aux autres nous a toujours paru évident. Travailler avec différents beatmakers offre à chaque fois la possibilité d'explorer de nouveaux terrains, d'expérimenter, de se diversifier… Mais le premier critère bien sûr c'est le kiff! Artistique et humain.

Comment est née l'envie de réaliser cet album ? Vous diffusiez déjà par le biais de mixtapes, le plus souvent en écoute, voire téléchargement gratuit...

Kasper : Au départ on a été coatchés par un de nos amis rappeur, Tipas, qui nous a motivé à faire un maxi. Il avait le réseau et les moyens techniques. Nous on avait pas envie de faire les trucs « à l'arrache ». Arrivés au bout des six morceaux, on a ressenti une grande frustration : il manquait encore des choses ! le format de l'album s'est donc imposé.

Ekors
: C'est vrai qu'on était parti sur un format plus petit au début, mais au final on a pris notre temps, on n'était pas satisfait du premier jet, il ne reflétait pas la totalité des thématiques que l'on souhaitait aborder, des facettes que l'on souhaitait montrer.

Monkey Theorem :: Instinct Primate

Monkey Theorem c'est Ekors et Kasper ou une véritable fusion ?

Kasper : Faut savoir qu'avec Ekors on évolue ensemble depuis nos débuts, que ce soit dans le rap ou dans le graffiti. Même si on partage des projets avec d'autres chacun de notre côté, on a toujours kiffé faire de la zic ensemble. On a chacun notre parcours et des goûts différents, mais on tend vers la même chose et on se complète bien…

Ekors
: On est un couple libertin avec Kasper! (rires)  Non sérieux, on se connait depuis des années, on est liés bien au delà de la zic. Donc si il a envie de faire un album solo ou avec d'autres personnes, pas de problèmes, de toute façon il aura mon soutien et mon aide et vice-versa. On n'est pas jaloux (rires). Ça risque d'ailleurs d'être le cas vu qu'on habite à 600 bornes de distance.

Qu'est-ce qui fait la diversité musicale de Monkey Theorem ?

Kasper : Pour ce qui est de l'album, nos premiers morceaux étaient souvent marqués d'une mélancolie latente. Nos textes étaient souvent sombres. Petit à petit, de par notre évolution personnelle, on a eu envie d'aborder d'autres sujets. En découle une diversification des atmosphères, des tons de parole, etc. La production instrumentale aussi, normale. Sur « Instinct Primate » on retrouve donc nos influences reggae, électro, jazz, funk, balkanique...

Ekors
: On a toujours beaucoup taffé les textes, mais on a pas mal évolué dans notre approche de l'écriture. Dans nos premières années de rap, on avait un peu une tendance à faire dans l'excès de "sombreur spleenesque", on était au summum du dark (rires). Mais petit à petit on s'est un peu essouflés, lassés de la noirceur pour la noirceur, on a eu envie de s'essayer à d'autres thématiques, plus légères, golri… Par ailleurs, certains mc's comme Taipan ou Vîrus m'on grave baffé la gueule au niveau textuel. Ils arrivent à balancer des constats super désabusés et finalement sombres sur eux-mêmes, le monde qui les entoure, ou la nature humaine par exemple, mais avec un tel humour, un tel cynisme que ça reste léger, ils te lâchent des enclumes au niveau du sens, mais qui paraissent légères comme des plumes de pigeons anorexiques. C'est un peu dans cette direction que j'essaie d'aller aujourd'hui.

Monkey Theorem :: Instinct Primate

Comment pourriez-vous décrire votre processus d'écriture ?

Kasper : Généralement me vient le premier mot ou idée qui inspirera tout le texte qui va suivre. Comme un objet que je viens de découvrir, je vais l'observer d'abord de très près, puis m'éloigner petit à petit pour découvrir avec quoi il cohabite ; jusqu'à l'immensité qui l'entoure.

J'écris rapidement, presque frénétiquement les idées qui naissent. En découlent ensuite la justesse des mots, les punchlines, rimes, mise en forme, tout en s'exerçant sur l'instrumentale pour trouver les respirations, le flow, la mélodie... C'est une grosse partie du travail… J'enregistre souvent des versions pour me réécouter avant de mettre le tout dans la boite. Dans ma démarche, j'ai commencé à écrire pour faire du rap. Au départ dans ma langue maternelle, l'espagnol. Puis je me suis mis à utiliser de plus en plus le français afin d'être compris, et grâce à Ekors notamment, à prendre véritablement goût à l'écriture. Et en tant qu‘étranger, maîtriser cette langue est un vrai défi personnel !
 
Ekors : Ahh! j'ai toujours voulu répondre à cette question!!. Perso, je suis pas le genre de mec à poser un texte qui tue en 1/2 heure, sinon je te régurgite un condensé de ce que je maîtrise, y'aura rien de neuf quoi. Nan, j'ai besoin de m'imprégner un peu des choses, des ressentis, de laisser maturer parfois pendant des mois une idée de thème ou d'angle d'écriture avant de la cracher sur une feuille, et là encore ça peut prendre des mois de mise en forme !  Quand j'ai une idée générale d'un texte, je la cale dans un coin de mon crâne et j'y pense un peu tout le temps, dans le tromé, avant de m'endormir, etc. Après c'est un long processus de mise en forme, c'est comme un puzzle ou un texte à trou, parfois j'ai l'intuition d'une phase, je trouve un jeux de mots mais j'ai pas la rime, parfois je trouve une rime avec des mots stylés, qui m'inspirent et je sais que y'a moyen de trouver la phase. C'est un bête de casse-tête, mais c'est ça que je kiffe (rires). Je suis ultra exigeant sur la forme de mes textes, je veux qu'ils riment systématiquement à 3 syllabes, je veux qu'il y ait de la punchline, etc. En vrai je me rend ouf (rires). Kasper me dit toujours, "mais tu t'en bats les couilles si ça rime pas! ça rime déjà assez!" mais nan! tant que j'ai pas ma trisyllabique je lâche pas l'affaire, je suis un peu monomanique (rires). Mais après je suis content du résultat, ça glisse dans l'oreille, héhé...!

"Le rap français m'a fait comprendre l'importance des mots, leur impact, la nécessité de les maîtriser. C'est un peu ma littérature…" Kasper.

Quels sont les sujets que vous abordez dans l'album ?

Kasper : Cet album c'est l'occasion de se mettre à nu face au public. C'est peut-être banal de dire ça mais on se rend compte qu'on livre une bonne part d'intimité à l'écriture : nos humeurs, nos années de fêtes et d'alcools avec par exemple le titre « Morpillo », les peines de coeur, les prises de conscience irréversible, l'angoisse du temps qui passe... Le cynisme qui nous envahit aussi. Sur le morceau « Viedemerde.com » je dresse un portrait qui est tout l'inverse de ce vers quoi je tends.

Ekors
: Notre rap, c'est de toute évidence le reflet de ce que l'on vit, donc les sujets qu'on aborde sont aussi variés et changeant que nos ressentis. On aborde un peu tout ce qui nous a traversé l'esprit depuis quelques années et qui nous a paru assez important, pertinent pour en faire un somor. Il y a des textes qui ont plus de 3 ans dans l'album. Je pense qu'on ré-écoutera cet album dans quelques années comme on mate un album photo. On se dira "tiens je pensais ça à l'époque, j'étais un petit con" (rires).

Au-delà de la collaboration musicale, qui peut-on retrouver à vos côtés sur « Instinct Primate » ?

Ekors : Un feat. avec Vagabon' de Rouen, une collaboration qui s'est fait un peu sur le tas et qu'on a beaucoup apprécié. Il y a également un morceau avec Dalton Vibes et Kespar, des activistes de Contratak Prod, notre collectif grenoblois. Ils font partie de notre présent, c'est d'ailleurs sur l'un des derniers morceaux qu'on peut les écouter. Et bien sûr, celui qui nous a poussé à faire cet album, Tipas.

Monkey Theorem :: Instinct Primate

Le 29 avril c'est la sortie de l'album, l'occasion d'un bon gros concert 100% hip-hop à Grenoble, ville qui vous a vu naître. L'affiche est prometteuse, comment avez-vous choisi les groupes qui vous entourent ce soir-là ?

Kasper : On a voulu inviter des rappeurs que l'on apprécie, incarnant le Hip-Hop que l'on défend. Avec Contratak Prod. on touche aussi à l'organisation d'évènements, et en ce qui concerne Kacem et Lapwass cela faisait un bout de temps qu'on souhaitait les faire monter sur la scène grenobloise. Quelle meilleure occasion ?!...

Ekors
: Et en même temps on a des diversités de sonorités et des manières de rapper hyper différentes. Léon Roubiñol est également un des beatmakers de l'album. Au delà des artistes annoncés, la soirée est aussi l'occasion de partager la scène avec des invités, proposer des performances graffitis et vidéos...

Et maintenant, qu'est-ce qu'on vous souhaite ?

Kasper : Maintenant on attend de connaître les retours du public. C'est surtout pour l'émotion qui naît chez celui qui écoute, qu'on fait du rap et qu'on le diffuse. Je me rends compte que je me suis construit en grande partie grâce à la musique que j'écoute. Celle que je fais aujourd'hui a au moins cette prétention, de marquer un peu les esprits à mon tour. Si j'y arrive c'est du bonheur !
On peut aussi nous souhaiter d'avoir un maximum de dates pour nous faciliter la tâche ! Et d'embrayer sur de nouveaux projets.

Ekors
: La gloire, la jet set et les biatchs!!! Non sérieux, ce que j'attends le plus, c'est les retours, forcément quand tu mets ton âme dans un skeud, t'as un peu d'appréhension. C'est notre première véritable sortie, l'aboutissement d'un an et demi de taff et ça scelle 5 ans de rap, alors j'avoue que j'espère que les gens apprécieront, parce qu'investir autant d'énergie dans quelque chose et t'entendre dire que c'est nul ça doit vexer, un peu ! Mais on est les meilleurs mc's de l'univers alors pas de problème normalement ! (rires). À part çà, tu peux nous souhaiter de faire le plus de concerts possible et de vendre assez de skeud pour pouvoir en faire un 2ème rapidement.

À Urban-Culture on a un peu la manie des Top3. Choix du coeur ou de l'instant, vous avez quelques minutes pour :

TOP 3 ARTISTES MUSIQUES 

Kasper : Akhenaton - Rage Against the Machine - Massive Attack
Ekors : 5ème Kolonne (l'album « Derrière nos feuilles blanches ») - Marc Knoeplfer - Junior Kelly

TOP 3 LIVRES

Kasper : Mafalda – Banksy - L'Homme qui voulait être heureux
Ekors
: 1984 (G. Orwell) - Un roi sans divertissement (jean Giono) - Le seigneur des anneaux (J R R Tolkien).

TOP 3 GRAFFEURS :

Kasper : Revok - Abse - Buster
Ekors
: Brusk - Kryo - Reso

TOP 3 CREW

Kasper : MSK - NO LIMIT - DSR
Ekors
: MSK - DMV - H2O

Découvrons le premier clip extrait de l'album du Monkey Theorem, avec le morceau éponyme "Instinct primate"

MONKEY THEOREM - INSTINCT PRIMATE - DISPONIBLE DÈS LE 29 AVRIL SUR GRENOBLE DANS LES BOUTIQUES SWEEL SHOP / MAGIC BUS / VELVET STUDIO. COMMANDE PAR MAIL : contratakprod@hotmail.fr

Texte & Rap : El Kasper & Ekors
Prods : San Stratega / Léon Roubiñol / Pipo / Rigolitch / ZKP / Gast / Dj Okupe
Scratch : Dj Skore / Dj Okupe / Léon Roubiñol
Coeurs : Pipo
Mix : Jules Hervieu / Mastering : HP
Graphisme : El kasper / Photo : Zélie Copter & Meaghan Major

Contratak Prod 2011
contratakprod@hotmail.fr

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top