« Urban-Culture Magazine : À chipper, à chopper ! »


Contratak Prod - M.E.X.T.R.I.P.

Un beau samedi après-midi illumine la place de l'Opéra de Lyon, Les skates tracent des sinusoïdales sonores sur l'asphalte qui me berceraient presque vers une douce sieste bien méritée après avoir bravé les bouchons lyonnais... Mais pas très loin, posés discrètement, bouteille d'eau à la main et casquette vissée à la va-vite, j'aperçois Ekors et Kasper. Et ouais, juste là, le Monkey Theorem en puissance, aujourd'hui venu présenter l'exposition Mextrip du collectif La Contratak Prod, au Ninkasi Opéra.

Mextrip :: Angela

Un chill verbal avec ses deux maniaks de la rime ça ne peut pas se refuser.

Comme on n'est pas stressé, et pas pressé, je propose aux deux lascars de me raconter la naissance du collectif Contratak - cash - parce qu'ils y sont bien pour quelque chose ...

« En 2001, on est encore au lycée » m'explique Kasper, « on ne connaît pas grand chose des fondements de la culture hip-hop et du graffiti. On est juste une bande de potes, comme pleins d'autres, qui s'amusent à piquer des marqueurs et s'approprier des bouts de murs. On a même conscience que c'est moche », se marre t'il, « mais on s'en fout. Tout ce qui compte c'est l'expression à l'état brut. Acter dans un courant encore flou pour nous, mais acter quand même. On n'est même pas un crew, on change de nom comme de chemises, on veut juste faire partie d'un mouvement d'expression qui nous parle et qu'on commence à regarder de loin.

À l'époque on n'a pas internet et ma foi on trouve pas énormément de presse ou d'infos sur le mouvement graffiti et plus largement sur le Hip-Hop. Mais on est à un âge où se revendiquer et s'approprier une culture même de manière bancale est primordiale ; alors on fonce....

Besoin de reconnaissance, de se construire une identité, de se rebeller. »

« Quand on y repense », coupe Ekors, « on était vraiment des sauvages et en même temps on était encore vierge de tout, des codes du tag et du graff certes, mais aussi vierge de contraintes stylistiques je dirais. On écoutait sans relâche l'émission Roots/Reggae/Ragga sur Skyrock. On a commencé à écouter du Hip-Hop en triant progressivement, le principal étant les bonnes "vibes" ! Naturellement, on a commencé à s'enivrer à base de ragga yaourt comme un besoin plus sérieux, qu'on a voulu alors structurer... Wouaw t'expliquer tout ça !? T'as pas un enregistreur » s'inquiète Ekors ? « juste ton stylo ? »

DU BEATBOX, DE L'ALCOOL, DU RAGGA & DU RAP...

« À la réflexion », dit Kasper, « j'ai (re)commencé à écouter du rap avec IAM, Cypress Hill, Wu-Tang aussi, NTM bien sûr... Fabe, la Skred Connexion... Je découvre Rahzel et j'essaye de l'imiter. Tel un autiste, je commence à faire des boom-tchak horribles avec ma bouche dans le tram. On commence à fouiner comme des fous dans tous les sens, on s'overdose de mixtapes en tout genre. »

« On peut citer Quality Street Tape II. Surtout le morceau un sur un million avec Para One, le Sept et Iris. C'est de là qu'on se rend compte de l'importance du texte... Bim ! et de l'écriture.... », complète Ekors.

« Faut dire on était des champions du freestyle-yaourt hein, on appelait ça le Yessaï-yo ! », rires de Kasper, « Mais même si on a commencé à chanter du ragga avant même d'avoir matière à dire, ces délires Hip-Hop nous ont amenés à se rendre compte qu'on pouvait aussi dire des choses sensées. Souvenirs encore brûlant d'impro rap, dans les toilettes de ce qui est encore à l'époque l'A.D.A.E.P. »

« Faut citer les "Radikal" à Gégé , note-le ça ! » rigole Ekors...

« Et puis il y a aussi la peinture... Les graffs qu'ont à commencé à vouloir imiter, suivre, explorer à Grenoble il y en a eu pleins. Sene2, Srek, le crew TNR, le LC (Nasde/Sphere/Hemis)... En parallèle de tout ça, Grenoble est une ville-test pour expérimenter une politique sécuritaire et nous en pleine phase de révolte. Les caméras, les nettoyages, les patrouilles, les lois, ça se durcit ; certains d'entre-nous font même un passage par la case "garde à vue" », ajoute Kapser.

Contratak Prod :: Kasper - Prise du Bastion

FRESQUES ET RIDEAU DE FER

« À calquer ce qu'on trouve dans les rares magazines qu'on arrive à se procurer, à travailler nos lettrages, on commence à se tourner vers de réelles constructions visuelles de nos tags, on évolue et on s'investit de plus en plus; on peut alors parler de fresques construites et fresques à thèmes... Les quais de l'Isère, la Barak, l'ancienne caserne, la station service de BirHackeim, ... on veut faire plus. »

Kasper m'explique : « l'un des moyens de graffer et d'avoir des bombes et du matos sans payer c'est de proposer aux commerçants des décorations sur leur rideau de fer.
Bon en vérité, nous on était minots, on arrivait on proposait des broutilles... On pensait en nombre de bombes à récupérer... Commercialement parlant on peut dire qu'on a un peu cassé le marché et qu'on s'est pas vraiment fait des amis au départ... mais faut bien des expériences pour comprendre hein... ! »

Contratak Prod :: Votour

LE COLLECTIF, L'ASSO, LE MONKEY THEOREM... ET LA CONTRATATATAK !

Pour Kasper c'est la rencontre avec Zoom un rappeur/freestyleur qui va lui faire gravir une nouvelle marche. « J'ai dans les oreilles un méchant flow qui claque et ce gars je vais passer des heures à le regarder bosser. Comment il s'organise, construit, j'observe énormément de ces enregistrements avant de me lancer. Il m'a aidé à comprendre et m'a appris beaucoup. Je crois que cette rencontre, puis mes retrouvailles avec Ekors, alors mordu d'écriture surchargée de rimes trisyllabiques, sont les prémices du Monkey Theorem... »

Ekors : « Mako, il a des kilomètres de nous ! »

Et les prémices de La Contratak Prod ?

Pour Ekors l'écriture devient aussi une démangeaison quotidienne, quand il rencontre Okupe, il s'expérimente alors sur des beats plus électro, drum'n'bass, breakbeats, ...
Tout commence à naître pour lui aussi : « Mako, le vidéaste, nous suivait depuis un moment... C'est un peu notre Mr Brainwash. Des caisses de cassettes chez lui, il y en a des tonnes... C'est le temps des Block Party, La Tribune des Gens Libres, des connexions improvisées, des joutes verbales,... lui il filme tout et c'est sûr y a un moment, tu te dis que tout ça faut l'exposer au dehors du cercle ».

Contratak Prod :: Le Brise Glace à Annecy
Kasper : « Ça s'est enchaîné rapidement et naturellement. J'étais expatrié de Grenoble pour les études à ce moment là ; à Marseille puis Chambéry. Quand je suis rentré j'ai tristement fait le bilan : CH2 et La tribune des Gens Libres étaient quasiment morts. C'est là qu'on a décidé de s'impliquer pour "donner et transmettre" : avec Votour et Mako on commence à organiser des événements avec l'association "Mo'Fo' Strass et roulotte".

Réunions, rencontres publiques... On a voulu créer notre propre projet, notre propre association : Contratak Prod ; et organiser les événements qu'il nous manquait sur Grenoble : grosses fresques, open mic, etc.... On ne veut pas être passif alors on prend les rênes... »

M.E.X.T.R.I.P.

« Le Mexique, on est plusieurs à être tombé amoureux à travers nos voyages respectifs, nos lectures... Certains d'entre nous durant leurs voyages avaient eu l'occasion de peindre avec des graffeurs argentins, chiliens, ça a marqué nos esptits à vie !!! On avait envie cette fois de faire un voyage purement axé sur le graff/le rap, un road trip avec comme but la collaboration et la création. Le Mexique s'y prêtait si bien... »

Contratak Prod :: Apologies - Mextrip

Une partie des contrataker'z s'évade trois mois au Mexique. Subventions, démarches participatives... le projet est lancé pour dynamiser et explorer l'échange artistique hors des frontières. Avec la promesse de produire de la matière pour raconter tout ça une fois rentrée : vidéo/expo photo/musique...

Ekors raconte : « Un jour on frappe à la porte d'un bâtiment qu'on aimerait peindre. Là-bas il est de rigueur d'aller voir les habitants et de leur demander gentiment de pouvoir peindre sur leur façade, et on vous donne souvent l'autorisation. Là on tombe sur une dame assez âgée, ravie de la demande. Pendant les trois jours de travaux autour de la fresque elle nous nourrit et nous couvre de petites attentions. C'était presque surnaturel.
Et ça nous a donné envie de donner encore plus dans nos réalisations déjà empreintes de respect, la dimension du projet en a été transformé : ce n'est plus quelque chose que l'on fait seulement pour nous et les autres graffeurs. En le faisant directement dans la rue, on l'offre au grand public ! C'est un cadeau, une part de nous que l'on offre à ceux qui vivent là, les passants. On égaye leurs rues en donnant de la couleur ! Et le fait que ce soit des français qui viennent pour ça !... Ils en sont d'autant plus ravis.

Mextrip :: Enfants

Le Hip-Hop a été vecteur d'un langage avec lequel ils ont su s'exprimer avec tous ceux qu'ils ont croisé. »
Ekors appuie là-dessus, « j'ai rapé, graffé, vécu des choses inoubliables avec des mexicains alors que je parlais trois mots d'espagnols ! »

Bote ck crew

« Aujourd'hui on veut plus que jamais continuer l'échange et le partage, sans se trahir »

« On revient véritablement fort de cette expérience. On s'attendait pas à éveiller les esprits ainsi avec ce projet » avoue Kasper.


Expo Murs Mitoyens Bobine 2010

« Avant même le vernissage à La Bobine du 15 novembre 2010, effectivement déjà mise en place depuis un moment, la mairie de Grenoble nous a commandée l'exposition, puis un stand sur le marché de noël de la ville. On a pu perdurer dans notre volonté de diffusion et marquer positivement une population pas forcément habituée... et ravie. Maintenant on essaye de faire tourner encore un peu l'expo qui plaît... comme aujourd'hui au Ninkasi Opéra... Parallèlement on diffuse le court métrage Mextrip et la Mextape, qui font leur chemin sur le web. »

Et demain ?

« On est heureux, l'exposition va être accueillie dans le cadre du prochain festival Urban Jam d'Annecy/Chambéry.... Et là on est fier d'annoncer que Kubo, le graffeur mexicain qui nous a ouvert les portes de son pays, va venir cet été pour des sacrées bonnes collaborations - on espère que le public qu'on va solliciter comme toujours répondra présent et qu'on pourra organiser une nouvelle expo présentant son travail, un peu miroir avec le Mextrip... »

Mextrip :: Kubo

« Et puis on trouve notre place localement et c'est tellement bon ! On est plus que jamais engagé dans Total Session aux côtés de Skad et tous les intervenants, la Contratak Prod s'agrandie avec de très bons activistes sonores : Kespar et les Dalton Vibes, Ticsi, Vesty, les Lyricists, et bien d'autres... Zoom nous fait même le plaisir de reprendre le micro pendant nos sessions... Une dynamique musicale est à nouveau en train de naître sur la scène grenobloise... On arrive aussi avec de la sérigraphie ce qui nous ouvre des perspectives de travail nouvelles. Et il y a le public qui nous fait confiance, que l'on retrouve et tant qu'il y aura ça... »

Le soleil a disparu, Ekors à la bougeotte. « On vient d'avoir un message d'un convoi qui part de Grenoble, ils ont le matos son. Faudrait peut-être qu'on y aille...De toute façon le soleil commence à s'épuiser doucement... au Ninkasi ils nous attendent peut-être ? »

« Système D... Respect du graffiti, comme de l'art... Générosité de ceux que l'on croisent.... Aujourd'hui on veut plus que jamais continuer l'échange et le partage, sans se trahir »

Pour l'esprit rien n'a changé. Ces mecs ont su le garder. Comme l'a dit si naïvement Aspet, « Vaut mieux faire sans dire que dire sans faire ». Et puis c'est tout. « Un gros gros Big Up à tous ceux qui nous ont accompagnés dans nos aventures, à ceux qui nous ont donné la flamme et à ceux qui reprennent le flambeau ! Il se reconnaîtront... »

Sperka

LIENS SITES

Ekors du collectif Contratak
Kasper du collectif Contratak
Contratak Prod
Tribune des gens libres
Mako le vidéaste de Contratak avec Mo'fo Strass et Roulotte
Votour du collectif Contratak
Total Sessions

Pour aller plus loin :

SENE2
SREK
Zoom
Kubo

POUR découvrir tous les autres artistes / activistes qui font Contratak rejoignez-les sur les réseaux sociaux, sur le myspace de Contratak …

Portfolio M.E.X.T.R.I.P.

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top