« Urban-Culture Magazine : Des grandes feuilles et beaucoup de substance... »


« Défense d'afficher » : le discours du street-art à travers le Monde

« L'idée est venue du goût commun que nous avions tous pour le street-art, en ce qu'il nous permet de découvrir la ville autrement, de la voir sous un autre jour », voilà comment les producteurs François Le Gall (Camera Talk) et Sidonie Garnier (La Maison Du Directeur) expliquent la naissance de « Défense d'afficher ».

Défense d'afficher

À travers 8 villes, 8 artistes et 8 réalisateurs, leur projet propose un parcours interactif sur le street-art et sa dimension politique. Ce qui a amené à la réalisation d'un webdocumentaire, que l'on peut aussi retrouver sous la forme d'une chaîne Dailymotion et sur l'application All City (qu'on vous conseille de télécharger si vous ne l'avez pas encore chopée sur l'App Store).

Deux ans de boulot et une soixantaine de personnes ont été nécessaires pour mener à bien le projet. « On voulait documenter des “mecques” du street-art comme São Paulo ou New-York mais aussi des lieux plus improbables comme la paisible bourgade de Turku en Finlande. » Les artistes et les réalisateurs ont ensuite été choisis à partir de ces villes. Chaque film est présenté sous la forme d'entretien : l'accent est alors mis sur les artistes plutôt que sur leurs œuvres.

Défense d'afficher

Parmi eux, Ludo (Paris), Orion (São Paulo), Bastardilla (Bogota) ou Meres One (New York). Ce qui ressort du documentaire, c'est que tous tiennent à peu près le même discours. « C'est avant tout un besoin de s'exprimer. Quand la parole est confisquée par les médias, il ne reste plus que les murs des villes comme medium. (…) Les pratiques et les discours se mondialisent, tout en gardant un ancrage dans des réalités très locales. » C'est sûr que la situation n'est pas la même à 5POINTZ, une ancienne usine new-yorkaise réaménagée en musée du graffiti, qu'à Kibera (Nairobi au Kenya), l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique.

Ce qu'on préfère dans ce webdoc, c'est son interface. Dès la page d'accueil on est prévenu: « N'hésitez pas à vous perdre » ! L'idée est de se rapprocher au maximum de la déambulation dans la rue (parcours aléatoire, vue subjective...).

Défense d'afficher - Interface

Chaque visionnage permet de débloquer des bonus qu'on retrouve sur un « mur virtuel » qui regroupe des œuvres inédites de chacun des artistes. Il est également possible de retrouver la géolocalisation des œuvres, des interviews et articles complémentaires ... Le parcours est sauvegardé, ce qui permet de conserver les bonus débloqués.

Pour finir, on peut retrouver « Défense d'Afficher » sur un autre support : le mobile. « L'idée à la base était de conclure notre narration interactive par une incitation à expérimenter le street-art soi-même, dans la rue. (...) Assez vite l'idée de la géolocalisation d'œuvres nous est apparue comme la meilleure. » Une collaboration a donc été lancé avec l'application All City (qui est malheureusement seulement dispo sur Iphone).
Lancée par deux jeunes de Brooklyn (Kayce et Marcus), cette appli permet de localiser les graffs et œuvres de street-art croisées dans la rue. Il y a aujourd'hui plus de 1 300 artistes et 10 000 œuvres recensés sur tous les continents, dont celles du webdocumentaire, mise en avant par un partenariat éditorial et de visibilité.

Le concept est bien pensé, les découvertes sont sympas et on passe un bon moment. Bref, foncez, en espérant que le street-art et son discours continuent à être relayés de cette manière-là sur le web !

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top