« Urban-Culture Magazine : Les doigts dans la street »


Focus sur Grems, le rappeur touche-à-tout

T'aimes pas le rap Français ? Écoute Grems ! Ça fait un petit moment que si tu voulais rester patriote niveau hip-hop, tu te trouvais confronté à un dur dilemme : Poser ton cervelet ou ta paire de yecou. C'est soit des mecs à l'égo aussi gonflé que leur plastique qui t'explique que la vie c'est les grosses voitures et les filles faciles soit des groupes de rap sans âmes aussi pré-pubères qu'éphémères. Grems remballe son supermicro et sort "Vampire" son 6ème et dernier album solo.

Après 15 ans de bons et loyaux services, 35 balais et 2 petites filles, Grems veut désormais se tourner vers ce qui compte, son entourage. Il ne met pas un terme à sa carrière musicale -contrairement à ce que l'on peut lire- mais il arrête sa carrière de rappeur solo pour mieux dégainer sur de prochaines collaborations. (E.P. "Buffy" à venir le 24 février).

Déjà j'vous parle d'un mec et vous ne savez peut-être même pas qui c'est, et c'est dommage parce que le personnage est aussi intéréssant que ce qu'il produit.

Grems aka supermicro est un rappeur parisien, diplomé des Beaux Arts et graphiste de profession. C'est un touche-à-tout, graffiti, design, musique, rap, le gars réussit tout ce qu'il entreprend avec élégance et se forge son propre univers. On parle donc d'un vrai artiste, avec des influences plastiques diverses, du pointillisme aborigène au tag vandal en passant par l'explosif abstrait de Pollock.

Grems
Grems - GraffitiGrems - Graffiti

Grems c'est aussi son blaze, authentique, il a su se faire connaître et reconnaître dans le milieu du graffiti avec un flow arrondi et généreux qui ramène aux premières heures du tag new yorkais.

Niveau musique, il commence en 2000 sur la scène underground aux côtés de mecs comme La Caution, TTC ou le Klub des Loosers, puis, en 2005, c'est le Deepkho !

Projet précurseur de son style en ébullition : des instru électro - de baltringue- lourdes tout droit sorties du ghetto de Chicago, et des bons textes, ni chiants, ni cons.

En 2010, lassé du système cocaïné parisien, il s'exile à Londres puis à Bruxelles où il séjourne actuellement. Gash est son premier gros succès auprès du grand public, avec son groupe Rouge à Lèvre, aux côtés des Foreign Beggars et de son pote Disiz la peste.

Puis, vient la naissance de la Fronce, collectif de rappeurs revendicatif; lui-même se définit comme "un punk à chat républicain" entre pertinence et impertinence, il rejette en bloc le racisme concret de l'extrême droite et ses stigmatisations mais aussi la fermeture d'esprit musicale des rappeurs actuels qui considèrent le milieu comme "une partouze ou un commerce" -il mettra d'ailleurs sa mixtape "1978-5713" en libre téléchargement sur internet, arborant un gros doigt d'honneur citoyen à tout le monde, et ouais ! Il est comme ça Grems, il s'en bat les couilles !

En parallèle, il se fait un nom dans le monde du graphisme et du design (http://www.gremsindustry.com/) et rencontre un vif succès professionel, il fait de nombreuses collaborations avec des marques prestigieuses comme Nike ou Swatch, mais s'assure surtout un bel avenir, une vraie liberté : parce que l'infographie, c'est son boulot, "c'est surtout pour manger" et faire ce qui lui plaît. Et ce qui lui plaît c'est faire de la bonne musique !

Grems - SwatchGrems - Design

J'étais à son concert à Genève pour la promo de Vampire, et j'écoute ce mec, dont la musique est géniale, qui sait mouvoir et émouvoir les foules, qui casse les codes.

« Je vais faire un morceau de freestyle acapella et celui à qui ça plaît pas je lui nique sa mère »

Le gars est complètement dans son trip, artiste possédé, et la foule adore !

À côté de ça, il ne se fait pas prier pour discuter avec les dizaines de personnes qui ont tenu à lui adresser quelque mots à sa sortie de scène. Et là, je me dis : que faut-il faire pour avoir de la fucking notorieté dans ce fucking monde ? On parle d'un artiste complet, qui défend son idéal, avec des valeurs inhérente à la culture hip-hop -peace love unity and having fun- qui n'a pas pris la grosse tête et qui peut se vanter de mériter sa "street crédibilité".

Alors pourquoi ?

Eh bien au risque de me répeter, c'est que Grems, il s'en bat les couilles ! Son dernier opus, Vampire, s'adresse à tout les artistes/coquilles vides et autres pseudo-rappeurs sans concept qui lui suce le sang... Grems lui, il n'a pas sucé, du coup il ne passe pas sur Skyrock, dommage ?

En bonus le clip "Verre" du nouvel EP Buffy à sortir

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top