« Urban-Culture Magazine : À chipper, à chopper ! »


HornDogz, laisse entrer le fonk !

J'ai du être très ferme avec moi-même afin de ne pas utiliser «  Who let the dogs out ? » comme phrase d'accroche parce que j'ai toujours le CD 2 titres des Baha Men chez moi et que je n'ai pas peur de dire qu'il m'arrive de l'écouter, pas nue mais quand même.

Horndogz à comprendre les obsédés – les chiens d'la casse quoi !

HornDogz

C'est un trio de musiciens au répertoire en camaieu groovy : jazz/soul/funk/hip hop. C'est trois mecs aux blazes de jazzmen à coucher dehors, à la « Gencives Sanglantes » des Simpsons : Eric « Shrizzadelic » Rohner et Gilles « C-Freak » Garin qui composent la section cuivres et Rico « Adiko » Kerridge à la guitare, ils se sont rencontrés dans les années 90 au sein du groupe Malka family.

Blague à part, on a à faire à trois anciens, membres du groupe qui anime les plateaux de Thierry Ardisson @ Salut les Terriens, trois très bons musiciens ayant collaborés avec de grands noms comme Alpha Blondy, Sergent Garcia ou le prophète funkadelic George Clinton... Sérieusement, si les mecs sont assez bons pour George Clinton, faut pas déconner.

Leur premier album #WOOF est une déferlante de featurings très réussis avec des artistes talentueux - ce qui fait souvent défaut dans ce genre de configuration-là , on a un éventail de très bons chanteurs et rappeurs rencontrés au fil de leurs longues carrières et de leurs nombreuses collaborations : Breis, Ty, Blitz The Ambassador, Amp Fiddler, Bibi Tanga...

« Movin' on » hommage remasterisé à Curtis Mayfield et son tube Move on Up.

Dernier tube en date avec le clip Paris feat Mike Larry the Classic & Jude Kidsude.

J'me suis bien marrée quand j'ai vu votre blaze « Horndogz » vous pouvez vous justifier un peu ?

Ce nom a été trouvé par le bassiste de Parliament Funkadelic, Lige Curry. En plus du jeu de mots (Horn pour les cuivres, mais aussi pour « Horny » qui veut dire « chaud », excité...) cela rappelle toute une imagerie street et Hip-Hop (Snoop Dogg, Atomic Dog...)

Vous pouvez nous en dire plus sur les masques - le concept autour de l'album ? un moyen de rester dans l'ombre - le fardeau des musiciens finalement, non ?

Les masques sont venus avec le nom. Cela fait un gimmik, une identité visuelle sur scène ou dans les clips et c'est vrai que cela met plus le concept en avant que les personnes... Mais on prend très bien la lumière aussi !

HornDogz

Dans la plupart des cas, les chanteurs solo ou les membres de groupe sont mis à l'honneur et prennent le pas sur la musique et les musiciens, y a-t-il à travers #WOOF une volonté de changer cela ? Ou verra-t-on l'apparition d'un leader vocal prochainement ?

On aime bien l'idée d'être un groupe de producteurs et d'inviter des rappeurs ou des chanteurs, et on s'est fait plaisir avec tous ces invités. Le prochain projet sera un disque plus centré sur une collaboration entre Horndogz et un artiste, plutôt que mille featurings !!!

Cet album a été pensé et repensé puisque vous avez bossé parfois plusieurs années sur certains morceaux, que représente-t-il a vos yeux ?

C'est un aboutissement. Cela a été long, en totale autoproduction, et grace à l'aide d'Adam Bastard, qui nous a ouvert son studio et son label Uptone, nous avons pu finaliser. Il fallait aussi le temps de réunir tous les artistes présents, de trouver des sous... Mais voilà, il est là, et nous pouvons aussi penser à la suite.

Franchement ça fait quoi de bosser avec une légende comme George Clinton ?

C'est un grand honneur, un grand kif, un rêve d'ado qui se réalise... Et chaque membre du P-Funk est un peu une légende à lui tout seul. Alors tout le groupe... !

Quels sont vos meilleurs souvenirs de carrière ?

Être sur scène avec Clinton en est un assurément ! Mais il y en a beaucoup d'autres, cela fait un moment qu'on joue, ensemble ou avec d'autres....

J'ai vu que vos artistes fétiches vont de Bob Marley à James Brown, mais votre album est résolument hip hop -tout comme notre magazine- quelles sont vos références en la matière ?

Pour vos jeunes lecteurs, nos références sont sûrement un peu old-school ! De Public Enemy aux Roots, en passant par Pharcyde, Snoop, Digital Underground...

En général les grandes références funk sont plutôt datées, quels artistes contemporains vous nous conseillez ? Des artistes Français ?

D'Angelo fait d'excellents concerts à défaut d'un nouvel album, Clinton reste éternel, et le funk fait partie du vocabulaire de pas mal d'artistes comme Pharell, Bruno Mars, Janelle Monae... même s'ils sont plus tournés vers le soul ou le ... disco ! On trouve aussi du bon electro-funk... En france, Juan Rozoff, Léna & The Deepsoul, notre ami Bibi Tanga...

Pourquoi le choix de faire cet album en anglais ? C'est plus funky ?

C'est certainement plus funky, mais surtout deux des horndogz ont grandi dans des pays anglophones et s'expriment plus spontanément en anglais quand il s'agit de chanter ou rapper, sans parler des featurings...

Des remerciements, le mot de la fin ?

WOOOF !

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top