« Urban-Culture Magazine : Tour de rue »


Interview J2B // Expo Street Call

On avait rencontré J2B il y a presque un an pour sa première expo'. Depuis, il a abandonné l'immensité des friches industrielles pour l'ambiance intimiste des cabines téléphoniques, point de départ de son nouveau projet. Street Call propose à travers une série de clichés en noir et blanc une plongée artistique et historique dans l'atmosphère de la rue. Allo J2B, c'est Urban-Culture au bout du fil...

Stages - Street Call

Pour commencer, même si nos lecteurs assidus te connaissent déjà, est-ce que tu peux te présenter ?

J2B, amateur en photographie urbaine qui essaie de faire passer de l'émotion et retranscrire ce qu'il voit le plus simplement possible.

Tu reviens avec ta deuxième exposition, Street Call. Comment est né ce second projet ?

Ma première expo m'a donné la base, l'envie d'en faire encore, de partager. Puis après c'est l'observation, au fur et à mesure de mes déplacements, j'ai pu prendre le temps de photographier certains détails urbains et artistiques qui caractérisent la ville. Dans certains quartiers, c'est un champ de bataille. Une grosse énergie artistique des différents acteurs de la culture urbaine fait vibrer la ville. J'avais envie de figer cet instant selon les domaines. Street Call et ses cabines sont le premier chapitre.

Pourquoi avoir choisi d'utiliser des cabines téléphoniques ? Elles représentent quelque chose de spécial pour toi ?

Il y a un côté nostalgique. Je ne les utilise plus depuis un certain temps déjà mais j'ai pas mal de souvenirs, de galères, d'odeurs, d'embrouilles... à l'ancienne. J'ai trouvé intéressant de les montrer, certaines sont devenues de véritables pièces gravées ou recouvertes d'acide, d'autres servent de refuge aux sdf... mais tout ça varie d'un quartier à l'autre. Et dans les quartiers où j'ai l'habitude d'aller, elles ressemblent à ça.

Doit-on voir un message à travers le nom de Street Call ? Comme un appel à la rue...

Oui, c'était histoire de combiner la rue et le téléphone, 2 univers qui ne font plus qu'un et qui nous appellent.

L'expo' est diffusée sur des supports virtuels. Après ta première expo' en ligne Protect Ya Neck, tu ne voulais pas te lancer dans un projet plus formel ?

Oui, mais chaque chose en son temps. J'ai exposé lors d'un salon hip-hop, dans le cadre du festival hip'opsession sur Nantes, en mars, et j'en prépare une autre actuellement. Quelque chose de plus conséquent, je te tiendrais au courant.

On remarque que le digital prend de plus en plus de place dans le mouvement hip-hop aujourd'hui. Tu souhaites t'inscrire dans cette mouvance ?

J'utilise la technologie mais je ne cherche pas à m'intégrer dans un mouvement si cela revient à oublier ses bases, ses fondements ou dénaturer les règles du jeu.

Tu t'intéresses à d'autres disciplines que le graff ou la photo ?

Les cultures urbaines d'une manière générale... le skate, la vidéo, la danse...

Que penses-tu du mouvement hip-hop aujourd'hui ?

Il a bien grandi...

Qu'est-ce qui tourne dans ton Ipod en ce moment ?

Rien... je reste connecté à mon environnement, aux gens, quand je suis dehors.

Après l'aboutissement de tes deux premiers projets, quelles surprises nous réserves-tu pour la suite ?

Une autre web expo courant juin... ROADSIGNS.
Plus la préparation de l'expo, mais le thème n'est pas encore fixé !
À suivre.

Paix à tous.

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top