« Urban-Culture Magazine : Des grandes feuilles et beaucoup de substance... »


Les blessures en danse Hip-Hop par Grazi

V'la du contenu instructif à l'attention des Bboys / Bgirls !

Grazi, des Fusion Rockers (de Madrid) offrait la semaine dernière cet article très pédagogique abordant les blessures, accidents et autres risques physiques auxquels nous nous exposons, en tant que danseurs Hip-Hop. Après quelques échanges de mails avec lui, je suis en mesure de proposer la traduction (un poil retouchée et complétée) en français de ce texte.

Sont mentionnés dans ce document des notions essentielles pour tout Bboy à mes (nos) yeux : la connaissance de soi et de son potentiel physique, la capacité à être à l'écoute de son corps, à adapter ses entraînements et sa danse à ses particularités morphologiques...

L'article a la prétention de fournir des solutions pour tout danseur à la recherche de pistes pour atteindre le "next level".

Rien n'est révolutionnaire dans ce document ; vous n'y trouverez pas de formules magiques, mais Grazi a au moins le mérite de poser des choses non dites jusqu'aujourd'hui... Une réflexion d'un Bboy mature.

Pour les Bboys donc, et particulièrement les plus jeunes !

Traduction et intro par Yann Szuter.

Bboy Grazi :: Fusion Rockers

« Pensées », par Bboy Grazi.

« À l'attention des Bboys...

Avant de commencer, je me dois de préciser que la rédaction de cet article s'appuie sur des données qui m'ont été fournies par l'entreprise "Danzas del Mundo" (des informations sur les risques du travail). Je les remercie une nouvelle fois, et commence [la rédaction] sans d'avantage d'avant-propos.

Quand on débute son étude de la danse, il est courant d'entendre dire qu'il faut un corps parfait [pour une telle pratique] ; des dires qui m'ont pas mal pris la tête pendant longtemps.

Petit à petit, je me suis rendu compte qu'il n'existait en fait aucun corps parfait, dessiné pour exécuter la danse. Pour cette raison et puisque chaque corps est différent, puisque chacun avec sa propre morphologie a ses propres besoins, nous nous devons de savoir comment prendre soin de notre corps.

Bboy Grazi :: Fusion Rockers

Objectifs spécifiques pour un Bboy

Toute la communauté [Bboying] doit tenir compte de l'évolution technique de notre discipline. Ce point précis devient peu à peu l'objectif principal pour mon groupe [les Fusion Rockers] : nous préférons danser avec conscience, honnêteté, et netteté.

C'est notamment la raison pour laquelle il n'est pas rare de nous croiser dans les jams pieds nus. Chacun d'entre nous a différentes raisons de faire ça, mais la principale est technique. On sait que si on se fait mal, si on se blesse, c'est que techniquement, ce qu'on fait est mauvais. Il est nécessaire d'atteindre le niveau technique, le stade ou les mouvements ne font plus de bruit et ne font plus mal.

Nous considérons, mon groupe et moi, ce que nous faisons comme de la Danse [au sens noble du terme].

Dès lors, dans une optique de professionnalisation, nous avons l'obligation de prêter attention à ces questions et de diffuser un autre type de langage (bien que cela ne soit pas facile, j'en conviens). Je suis fatigué qu'ils ne nous considèrent pas comme des artistes, qu'ils nous excluent de cet art : la Danse.

D'une certaine manière, je les comprends : ils sont habitués à voir des Bboys qui chutent, qui ne sont pas propres dans leurs mouvements, qui font d'énormes bruits en frappant le sol, etc. Il est compréhensible donc, qu'ils ne nous considèrent pas et que notre rôle soit limité au second plan. Nous nous devons de changer les mentalités dans ce pays et d'imposer le Bboying comme Art avec notre technique, notre culture, nos ambitions, nos collaborations...

Je vais exposer dans la suite de l'article une série de points qui pourront nous aider.

Causes des principales blessures dans le Bboying

Quand on cherche à déterminer la cause d'une blessure, la première question à se poser est la suivante : quelle erreur technique a conduit à cette blessure, à cette chute ?

Seulement après avoir répondu à cette question, on ira vers un diagnostic correct et l'établissement du traitement adéquat, des moyens pour remédier à la blessure. L'objectif doit être tant la récupération la plus rapide possible que la prévention de la récidive, la répétition de la même blessure.

Les blessures les plus courantes chez les Bboys affectent :

La colonne vertébrale, les genoux, les poignets, les épaules et les chevilles.

L'un des maux les plus fréquents est l'hernie discale (déliement des disques de jonction au niveau du bas du dos, lié à des contusions).

Le pire : une grande partie des blessures chez les Bboys auraient pu être évitées, en prenant les mesures de précautions nécessaires.

L'un de principaux défauts des boys est l'impatience.

Nous ne savons pas attendre suffisamment avant de reprendre l'entraînement [en cas de blessure].

Si nous ne savons pas nous retenir, il s'agit alors au moins d'adapter la reprise.

Nous devons apprendre à assumer les blessures et prendre le temps nécessaire à les soigner. Si nous forçons notre corps, cela générera des blessures récurrentes.

Il suffit alors de tirer partie de notre blessure et de travailler sur d'autres pistes, d'autres choses qui enrichiront notre danse. De toute expérience, même les plus mauvaises, de bonnes choses peuvent découler.

D'expérience professionnelle et de celle de mes amis, je peux dire que nous avons toujours progressé, même blessés.

C'est par exemple le cas d'Albertop-rock (Fusion Rockers Crew), qui s'est arraché les ligaments croisés et cassé le ménisque du genou droit en jouant au foot ; les médecins lui avaient prescrit un an sans sport, la jambe dans le plâtre. Qu'est devenu Alberto ? Vous pensez qu'il a fait une dépression ?

Tout le contraire. Il a tiré force de cette expérience et a commencé à travailler ses phases (power-moves) sans même pouvoir fléchir la jambe, plâtrée. Il en a également profité pour étudier le Bboying (les pas, l'histoire, les différentes pratiques, styles de danse et formes de travail) et tout cela, lié à son amour pour la culture lui a permis de progresser énormément : il avait atteint, quand ils lui retirèrent son plâtre, un niveau nettement supérieur à celui qu'il avait auparavant.

Il s'agit de ne pas désespérer, de ne pas se morfondre ; tout le secret est de s'accrocher, faire preuve de combativité et redoubler de motivation. C'est parfois dur mais c'est l'expérience qui marque la différence.

Formes d'entraînement plus sûres

Nous, les Bboys, devons prendre des précautions dans nos entraînements : un échauffement approprié et des protections pour travailler nos mouvements par exemple.

Assez avec les histoires de Bboys qui racontent que les vrais, les "real" n'utilisent pas de protections. J'étais l'un d'entre eux, les « vrais » : je ne portais jamais de genouillères jusqu'à ce que je rencontre Rock Bandit, un mec des Rock So Fresh (de San Francisco) qui dansait déjà depuis 20 ans. Il m'a demandé : « Tu t'entraînes sans genouillères ? ». « Bah ouais, bien sur ! ». « T'es fou, on en reparlera dans quelques années ».

Effectivement, peu après, je me suis niqué un genou. Ils m'ont opéré du ménisque et je souffre aujourd'hui de l'autre jambe, celle qu'ils n'ont pas touché. Je ne dis pas que les genouillères empêchent de se blesser, mais elles en réduisent les probabilités et limitent en tout cas les dégâts (os et articulations).

Une autre chose est très importante : le développement progressif de la force et de la souplesse avant de tenter des mouvements dangereux. Beaucoup de blessures graves se produisent quand un débutant qui manque de masse musculaire, de souplesse ou de bonne forme physique générale, essaye un mouvement complexe (une vrille sans être souple des adducteurs, sans renforcer ses épaules ou sans même maîtriser la coupole).

Un Bboy qui aurait pris le temps de développer la force nécessaire sur les muscles qu'il va utiliser risque moins de se blesser.

Il est nécessaire pour tout pratiquant de cette discipline d'évaluer sa condition physique, sa force et sa souplesse – de se connaître en somme – et d'investir son temps dans un rituel approprié avant l'entraînement.

À mon avis, il est plus intelligent d'avancer doucement mais intégralement que de se blesser de manière absurde ; lentement mais sûrement.

Il s'agit de développer des méthodes d'entraînement plus sûres et de porter des protections avant de se blesser et pas seulement après, comme nous le faisons presque toujours.

Blessures liées à un défaut technique / une technique défaillante

Personne n'est parfait anatomiquement pour danser, pratiquer le Bboying. Pour cette raison, nous devons utiliser notre potentiel physique de la manière la plus adaptée, adéquate possible sans vouloir en faire plus que ce que nous ne pouvons. Chaque fois que nous mettons notre corps en danger, nous nous privons, nous nous dispensons d'années de danse.

Un des points les plus préoccupants est que personne [chez les Bboys] ne transmet, n'enseigne la technique ; nous nous étirons souvent par imitation, commettant alors beaucoup d'erreurs qui engendreront des blessures, fragilisant notre corps.

De plus, à chercher, à créer des choses nouvelles (puisque c'est une caractéristique de notre discipline), il est facile de se blesser ; personne ne connaît la technique, nous la découvrons par nous-même.

Pour cette raison, je conseille d'avancer progressivement, à partir de mouvement que nous connaissons déjà et usons peu pour en faire des points forts.

Blessures liées à la température

La majeure partie d'entre nous s'entraîne dans la rue et ceci même l'hiver, c'est normal pour nous.

L'idéal serait d'avoir accès à une salle ou la température ne passe pas sous la barre des 20°.

Si tu t'entraînes dans la rue, l'idéal est de s'échauffer progressivement en alternant exercices de mouvements articulaires, d'aérobic et mouvements simples que tu connais déjà, que tu maîtrises parfaitement ; mettre son corps en route avant de le solliciter plus intensément.

Blessures liées au sol

En général, le sol le plus approprié [pour notre pratique] est glissant. Il est déconseillable de s'entraîner sur des sols qui attachent, « collent » puisque nos genoux en pâtiront.

Il est également déconseillé de danser sur des sols inclinés, qui ne seraient pas plats puisque cela occasionnerait des changements de posture, des transferts de poids, d'appuis… Prétextes à la blessure.

Dans le Bboying, il semblerait que le risque prime. Aussi, bien que cela soit difficile, je recommanderai, quand vous essayez quelque chose pour la première fois, de le faire sur des tatamis.

Blessures liées à des carences nutritives

Il est très commun de rencontrer des Bboys qui entretiennent une mauvaise alimentation.

Je ne prétends pas qu'une mauvaise alimentation t'empêchera de réussir tel ou tel mouvement ; par contre, une alimentation saine facilite et allongera ta vie de Bboy.

Il existe différents types de blessures liées à de mauvaises habitudes alimentaires et à une mauvaise nutrition.

Un point particulier sur lequel je veux marquer l'accent ici, parce qu'il me semble être la pire des « habitudes » : celui du joint, de la consommation de beuh / shit pendant ou après l'entraînement. C'est bien le pire que l'on puisse faire puisque, les poumons étant complètement ouverts pendant l'effort, la toxine pénètre directement le corps. Après, voila ce que ça donne : des types incapables d'enchaîner trois passages consécutifs…

Pistes de réflexion

Étant donné que dans notre discipline, personne ou presque ne travaille ou s'entraîne avec des personnes compétentes, personne n'enseigne correctement et quasiment tout le monde apprend seul, sans aucune aide. Je tenais à écrire quelque chose qui pourrait aider les Bboys, débutants comme confirmés.

Pour moi, le Bboying est la nouvelle danse contemporaine et maintenant plus que jamais, en travaillant au sein de compagnies de danse, je me rends compte que nous les Bboys pouvons apporter énormément au monde de la Danse.

Je suis un grand défenseur de notre culture et je sais qu'avec certains changements des mentalités, certaines prises de conscience, une certaine attention prêtée à notre corps, nous pouvons monter sur n'importe quelle scène sans se sentir petit, ridicule. Cela vaut aussi pour les battles.
Chacun d'entre nous doit se responsabiliser et sortir avec un Bboying professionnel. Peu importe son style : foundation, abstract ou n'importe quelle autre de ces conneries, nous nous devons de soigner la technique et le faire consciencieusement.

Ce petit article, c'est pour qu'on prenne soin de nous et que l'on s'écoute entre nous ; il y a autant de manières différentes de s'entraîner que de Bboys.

J'arrive à un stade que connaîtra tout Bboy, ou la progression n'est plus technique, mais intellectuelle : de conscience, de réflexion. Que tu fasses 10 tours, 15 de nineteen ? On s'en tape.

À chaque étape, nous devons apprendre comment travailler de nouvelles choses, de nouveaux concepts ; ainsi nous pourrons monter d'un niveau et faire un vrai pas en avant.

N'ayons pas peur d'essayer de nouvelles choses, et ne pensons pas perdre du temps quand nous le dédions à la réflexion. Tout servira à un moment ou à un autre, même si tu ne sais jamais combien de temps cela prendra.

Écoutons tous types de conseils, tous types de personnes ; chacun a des choses intéressantes à apporter. Il s'agira de faire le tri, de garder le bon, et puis de jeter le reste.

Ne soyons pas prétentieux et acceptons d'apprendre de quiconque : notre discipline est celle de l'échange.

Pour finir, je préciserai que tout ce que j'ai écrit n'est que mon opinion personnelle. C'est ce que je ressens à cette étape de ma vie de Bboy.

J'espère recueillir des commentaires que nous apporterons sagesse à tous, et vous prie de m'excuser pour les erreurs grammaticales. »

BBOY GRAZY (FUSION ROCKERS/MADRID KINGZ FLAVA/BLACKROGANTZ)

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top