« Urban-Culture Magazine : Des grandes feuilles et beaucoup de substance... »


Photos et report de la rédaction sur la finale internationale du Braun Battle Of The Year 2012

Vous le savez déjà, ce week-end se déroulait à Montpellier un évènement incontournable en matière de Break-dance : la finale internationale du célèbre Battle Of The Year (BOTY pour les intimes). Comme nous vous l'annoncions déjà dimanche dans cet article, ce sont nos frenchies des Vagabonds qui ont remporté le titre pour la seconde année consécutive - c'est la première fois que cela se produit.

Battle Of The Year 2012

Le Battle Of The Year - pardon : Braun Battle Of The Year, depuis que la marque de rasoirs et tondeuses électriques a décidé de s'approprier l'image de l'évènement l'année dernière - est indéniablement devenu un évènement médiatique et grand public.

Créé en 1991 en Allemagne, il s'agissait d'abord d'un rendez-vous réservé à « l'élite » des danseurs Hip Hop - européens notamment. Quelques très belles rencontres de l'histoire de cette danse ont eu lieu au Battle Of The Year et les « anciens » se souviendront forcément des prestations de groupes tels que Battle Squad, Family, Suicidal Lifestyle ou même le Rock Force crew.

Au fur et à mesure des années, cet évènement a pris de l'ampleur - parallèlement, entre les 90's et aujourd'hui la culture Hip Hop devenait 'mainstream'. On a eu vite fait de délaisser l'aspect 'jam' de la rencontre pour mettre en lumière une compétition, pour laquelle le nombre de spectateurs n'a cessé de croître d'années en années.

Sponsors et consorts ont fait leur apparition ; moyens financiers et matériels ont été multipliés. Qualifications partout autour du monde, merchandising, retransmissions TV… Aujourd'hui, on achète ses billets pour le BOTY à la FNAC et on s'y rend en famille, un peu comme si on allait au cirque ; c'est un spectacle sympa accessible à tous.

Battle Of The Year 2012

La discipline qu'est le breakdance, dans sa forme, dans sa pratique, s'est elle aussi peu à peu transformée du coup. On parle aujourd'hui d'un « style » Battle Of The Year : un break bien particulier, alliant séries techniques très travaillées et chorégraphies de groupes... Un truc très acrobatique et plutôt saccadé, impressionnant pour le commun des mortels mais fade pour les puristes. Ces mêmes puristes se souviennent que Trix, le speaker du BOTY 'back in the days', criait 'one breaker, one move' durant les battles. Aujourd'hui, c'est Maleek qui scande à chaque passage 'routine, routine'…

Bon, il serait trop simple de se cantonner à ce constat, avouons-le peu objectif et empreint d'une certaine nostalgie. Après tout, un évènement qui prend de l'ampleur jusqu'à devenir très « grand public », voire « commercial » (ça y'est, le mot est lâché !), ça a du bon et du mauvais.

Battle Of The Year 2012

C'est vrai, le Battle Of The Year ne laisse plus aujourd'hui la place à l'amateurisme… À l'échange entre Bboys, au véritable kiff. On le sait depuis déjà plusieurs années : on ne va pas au BOTY pour cercler - s'exprimer en freestyle dans des cercles de danseurs - puisque de toute façon, y'a pas le temps !
C'est vrai aussi, les confrontations de crews lors du Battle Of The Year sont aujourd'hui souvent fades, sans goût. Et puis, les décisions des jurys sont chaque année plus contestables… On ne comprend pas qui a pu prendre la décision de permettre aux Pokemons d'accéder aux battles alors qu'ils se sont contenté de réchauffer une compilation de leurs shows déjà présentés en 2003 (!), 2007 et 2008 - et de gagner les quarts de finales alors qu'ils avaient touché leurs adversaires italiens lors du battle. Comme s'il y avait un intérêt à opposer deux crews français en demi-finale…

Cette année encore, de bons crews semblaient sortir un peu du lot à l'issue des prestations chorégraphiques. Les israéliens de Kosher Flava ont su imprégner leur break de danses et musiques traditionnelles, un peu comme les marocains Lhiba Kingzoo qui se sont présentés vêtus de djellabas ; les Supremos espagnols, malgré quelques petites imperfections, ont amené une utilisation de l'espace originale ; le crew autrichien en compétition a démontré une parfaite maîtrise des 'foundations' de la danse Hip Hop. Rien n'y fait, ce sont chaque année les mêmes « grandes nations » du breakdance que l'on retrouve dans les phases finales de la compétition.

Battle Of The Year 2012

Résultat : les performances des crews tendent toujours un peu plus vers l'uniformité, voire la conformité. Les Bboys ne dansent plus, il « font leurs passages ».

Big up quand même aux coréens de Morning Of Owl, qui ont présenté l'unique show chorégraphique véritablement original cette année.

Oui, il y a donc une partie de nous qui serait tentée d'écrire que le BOTY, ce n'est plus ce que c'était et que « c'était mieux avant ».

En attendant, il n'est pas à nier que cet évènement constitue tout de même une véritable vitrine mondiale pour le mouvement, et qu'il reste assez humble dans son fonctionnement. Il offre par exemple l'opportunité à des crews sud-africains, nigérians et autre de prendre part au 'game', de faire partie de quelque chose de grand. Et puis, si l'on s'épargne des questions de forme, le Battle Of The Year a tout de même le mérite de mettre la danse et la culture Hip hop à la portée de tous, sans trop la dénaturer sur le fond ; il reste porteur de valeurs positives propres à cette culture. On partage, on se serre la main, on se montre solidaire… Peace, love, unity and having fun !

Battle Of The Year 2012

Et puis, dans le positif que draine cette évolution, on notera forcément l'organisation minutée dont bénéficie aujourd'hui le BOTY : il n'y a pas ou très peu de temps d'attente durant cet évènement qui dure tout de même plus de 5 h, et son déroulement est super fluide ; ce qui est franchement appréciable. Un super éclairage, des écrans vidéos, des boutiques et restaurants, le tout dans une salle toute neuve… Il n'y a pas à dire : le Braun Battle Of The Year, c'est du luxe pour un rendez-vous Hip Hop et il est plus plaisant d'emmener ses enfants à l'Arena de Montpellier que sur le terrain vague de Stalingrad (hein, quoi ? 30 ans se sont écoulés ??? Ah pardon alors.).

Comme d'hab' : on provoque le débat, et on rend l'antenne…
La chaîne est dispo', à vous la parole.

Peace !

Inside The Ring - Cercle lors du BOTY 2012

Les photos du BOTY 2012 !


Plus de photos du BOTY 2012 par Kiatt

Plus de photos du BOTY 2012 par Jefar

Bonus vidéo

Où quand les graffeurs LKS1 et Risk rendent hommage au breakdance et plus particulièrement à Bboy Tim...

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top